Sa vie - Son œuvre - Le poème « Je te souhaite du temps »

Publiziert am 23.05.2017  von Elli Michler

Sa vie

Elli Michler est née à Wurtzbourg, en Allemagne, le 12 février 1923, pendant une période d'instabilité politique et de crise économique, alors que l'inflation est à son plus haut niveau.
Enfant unique, elle passe malgré tout une enfance heureuse et épanouie au sein de sa famille, entre sa mère atteinte de surdité aiguë, son père commerçant et sa grand-mère bien-aimée.
Écolière, elle assiste à la destruction par les nazis de son école religieuse, signant la fin impromptue de son parcours scolaire. Elle s'acquitte d'abord de son service social obligatoire puis, peu après le déclenchement de la deuxième guerre mondiale, à laquelle son père doit s’enrôler dès les premiers jours, elle est réquisitionnée pour travailler dans un groupement industriel de Wurtzbourg.
Après 6 années de terreur et de travail abrutissant, après les bombardements aériens et la destruction de sa chère ville natale, la vie d'Elli Michler, toujours assoiffée de connaissances, connaît un tournant décisif lorsqu'elle s'engage volontairement dans la reconstruction de l'université de Wurtzbourg.
C'est dans ce contexte qu'elle rencontre l'homme qui deviendra par la suite le grand amour de sa vie, « MM », ancien prisonnier de guerre et expulsé de Vratislavie, qui avait entrepris des études dans des conditions très rudimentaires. Elle l'épouse trois ans plus tard, alors qu'elle-même a obtenu son diplôme d'économie et qu'il a terminé sa préparation pour devenir professeur de lycée.
Après la naissance d'une petite fille, la jeune famille se voit contrainte, pour des raisons professionnelles, de quitter la Bavière et la ville de Wurtzbourg pour la Hesse, à Francfort-sur-le-Main tout d'abord, puis à Bad Homburg en 1961.
L'écriture, qui fait depuis toujours partie intégrante de la vie d'Elli Michler, représente pour elle un besoin autant qu'une joie. Toutefois, ce n'est qu’après s'être remise des tensions physiques et morales causées par la prise en charge de ses parents âgés, puis par leur décès, qu'elle commence à se consacrer à l'écriture de manière plus intensive. Elle compose alors des poèmes sur ce qui la touche et l'émeut, mais ce n'est que beaucoup plus tard qu'elle commence à les publier, ce qui lui vaudra un succès aussi grand qu'inattendu, un succès qui perdure aujourd'hui encore.
La poétesse s'éteint le 18 novembre 2014, à l’âge de 91 ans.

Son œuvre

Depuis 1987, Elli Michler a publié chez Don Bosco Verlag Munich de nombreux recueils de poèmes, ainsi que son autobiographie intitulée « Ich träum’ noch einmal vom Beginnen» [Je rêve encore de commencer].
Dans ses écrits, l'auteure aborde des thèmes intemporels et essentiels pour l'homme, tels que l'amour, les peurs et les désirs, le devenir et le déclin, ou la quête de sens dans la vie. Dans ses poèmes, elle s'efforce de faire prendre à nouveau conscience de l’importance des valeurs qui se sont perdues dans la vie quotidienne moderne : la communion avec la nature, l'enracinement dans la terre natale, la sécurité affective.
Le succès de ses poèmes est attesté par le flot de lettres de lecteurs enthousiastes et les chiffres importants du tirage total de ses livres. Dès l'année de sa première publication, son recueil « Dir Zugedacht », Wunschgedichte  [« Dédicace à toi » , Poésies des vœux] (qui en est aujourd'hui à sa 22e édition) nécessite pas moins de quatre rééditions.
Comment expliquer un tel succès ?
Les lecteurs sont touchés par ses textes évocateurs, porteurs de messages positifs sur l'honnêteté, la profondeur et la maturité de la vie. À travers ses poèmes riches de sens, concrets et intelligibles, Elli Michler suggère des réponses qui nous aident à vivre dans le monde actuel.
Elli Michler possède le don de révéler les choses du quotidien qui comptent véritablement dans la vie, et de les exprimer dans leur essentialité sous une forme littéraire, dans une langue claire, simple et belle, de sorte que les lecteurs peuvent s'identifier avec ses vers.
Les poèmes finement ciselés, qui touchent le lecteur par leur rythme et le recours fréquent à la rime, l'impressionnent par la profondeur de la réflexion et la sagesse de la philosophie de vie.
L'œuvre d'Elli Michler répond ainsi aux trois exigences que Kästner attribue aux poètes : l'honnêteté du ressenti, la clarté de la pensée et la simplicité du mot et de la phrase.
La réponse de Schopenhauer à la question de ce qu'est un poème - « un fragment d'éternité dans le temps » - a inspiré Elli Michler dans sa volonté d’aider les hommes en proie à un négativisme ambiant à se libérer de leurs peurs et de la frénésie du quotidien en leur offrant, à travers la poésie, des perspectives de tranquillité intérieure, ainsi qu'une approche positive de leurs problèmes. L'abondance des courriers de lecteurs inspirés et reconnaissants témoigne de l'effet thérapeutique de ses vers.

Le poème « Je te souhaite du temps »

Dans ses poèmes, Elli Michler ne se livre pas à un simple exercice d'esthétisme, mais entend apporter sa contribution face à la crise de valeurs qui se propage dans la société. La forme du souhait s'est donc imposée à elle comme un thème pour l'un de ses premiers recueils intitulé « Dir zugedacht » [Dédicace à toi], publié pour la première fois en 1989 chez DBV et réédité aujourd'hui pour la 22e fois.
Parmi les vœux non moins essentiels de « sécurité affective », « joie », « paix », « courage », etc., les lecteurs ont retrouvé, et continuent de trouver, aujourd'hui encore, dans son poème préféré - « Je te souhaite du temps » - le souhait le plus ardent des hommes de notre époque.
Quiconque le lisait pour la première fois, se sentait immédiatement concerné, tombait sous le charme et avait tout de suite une personne à laquelle l'offrir. C'est ainsi qu'il a déclenché une avalanche de réimpressions, entraînant, au cours de ces dernières années, une diffusion large et rapide de ce texte dans l'ensemble des pays germanophones, voire bien au-delà. Publié dans d'innombrables livres, journaux, magazines, ainsi que dans des milliers de lettres paroissiales, et dernièrement sur Internet également, ce poème continue de susciter l'enthousiasme des lecteurs.
Qu'il soit lu par les clients des hôtels de stations thermales italiennes ou hongroises, entendu au Maroc ou en République tchèque, accroché dans les stations-service d'autoroutes ou sur le portail des églises des îles de la mer du Nord, son écho retentit un peu partout, jusqu'en Amérique, en Israël et en Australie.
C'est « le poème du siècle », comme l'a défini le formidable acteur et présentateur allemand, aujourd'hui malheureusement décédé, Baldur Seifert, suite à la réaction inédite des auditeurs au terme d'une lecture sur les ondes de la radio Südwestfunk (aujourd'hui SWR). À partir de là, toutes les autres radios allemandes, et en particulier Petra Pascal au micro de WDR, ont contribué à la diffuser partout.
En Allemagne et en Suisse, certaines œuvres d'Elli Michler ont également été publiées en braille, dont le célèbre poème « Je te souhaite du temps ».
Des 100 adaptations musicales dont font l'objet ses poèmes, près de 40 lui sont par ailleurs consacrées.

Traduit par SB Traduzioni

Empfehlungen